Hidradénite suppurée – un traitement des plaies approprié décisif pour le succès thérapeutique

L’hidradénite suppurée nécessite souvent un assainissement chirurgical intégral des zones cutanées affectées. Une fermeture par cicatrisation secondaire est recherchée pour les défauts étendus. Il n’est alors pas possible de renoncer au traitement humide des plaies.

Apparition

L’hidradénite suppurée se caractérise par une inflammation de l’épithélium des follicules des glandes sébacées et des follicules pileux terminaux. Ce phénomène provoque dans un premier temps des hyperkératoses qui entraînent alors l’obturation du canal folliculaire. Lorsque la pression est trop forte, le follicule se rompt. La kératine et les bactéries pénètrent le tissu conjonctif environnant, ce qui provoque des réactions inflammatoires. Dans les régions enflammées se forment des ganglions, des abcès et des fistules qui au fil de l’évolution de la maladie provoquent l’apparition d’adhérences et de cicatrices en cas d’inflammations répétées des mêmes régions corporelles.

Localisation

Les inflammations affectent avant tout les parties couvertes de poils, comme les aisselles et la région inguinale. Elles apparaissent néanmoins aussi là où deux régions cutanées frottent l’une contre l’autre, comme au niveau du sillon interfessier, à l’intérieur des cuisses ou sous les seins chez les femmes.

Causes

Les causes exactes n’ont pas encore été clarifiées. Mais l’hidradénite suppurée survenant fréquemment chez les fumeurs, la consommation de nicotine fait partie des causes les plus fréquentes, au même titre que le surpoids, une sudation importante, une irritation cutanée mécanique (par ex. induite par des vêtements étroits) et une prédisposition génétique qui semblent jouer un rôle.

Stades de l’hidradénite suppurée

L’hidradénite suppurée est classée en trois stades d’après Hurley:

  • Stade 1: abcès isolés et délimités, absence de fistule et de cicatrice
  • Stade 2: un ou plusieurs abcès éloignés les uns des autres associés à des fistules et la formation de cicatrices
  • Stade 3: infestation étendue caractérisée par des abcès, des fistules et des tractions cicatricielles

Les différents stades, et particulièrement le troisième, se traduisent pour le patient non seulement par des troubles physiques, mais aussi une forte dégradation du bien-être psychique, ainsi que de la qualité de vie. Outre les douleurs, les troubles du sommeil et la baisse des performances, ce sont avant tout les éventuelles excrétions de pus et les sécrétions nauséabondes provenant des abcès et des fistules qui affectent souvent les personnes concernées dans une mesure telle qu’elles préfèrent s’isoler de leur environnement social.

La thérapie de l’hidradénite suppurée, en fonction de sa sévérité, comprend par exemple des solutions et crèmes desséchantes et antiseptiques, des pommades antibiotiques ou la prise d’antibiotiques à ingérer. A un stade avancé, l’assainissement chirurgical des régions cutanées affectées constitue néanmoins le seul traitement efficace et par conséquent la thérapie de choix. Une opération s’accompagne généralement de plaies étendues qui nécessitent dans la plupart des cas une cicatrisation secondaire.

Il est alors indispensable de procéder à un traitement humide des plaies étendues afin d’éviter impérativement leur dessèchement qui porterait préjudice à leur cicatrisation. Par ailleurs, le traitement humide stimule la formation du tissu de granulation et l’application de pansements hydroactifs adéquats évite toute adhérence avec la plaie. Cela garantit un changement de pansement atraumatique et non seulement évite de nouvelles dégradations cellulaires, mais permet aussi d’épargner des douleurs au patient lors du changement de pansement.

Antécédents

Cette étude de cas porte sur le parcours et la cicatrisation réussie d’une patiente de 43 ans.

Depuis 2013, la patiente fait face à des ganglions et des pustules inflammatoires récurrents en partie associés à de forts gonflements et d’importantes douleurs au niveau des lèvres vaginales, de la région inguinale et sur les faces intérieures des cuisses. Le gynécologue traitant a recours à des antibiotiques et des crèmes.

2014 Renvoi auprès d’un dermatologue en cas d’abcédation récurrente.

Jusque 2016, les abcès auront été à plusieurs reprises opérés. D’après le dermatologue, ces furoncles seraient dus à des poils incarnés susceptibles d’apparaître en raison de l’épilation mécanique et de l’épilation à la cire des poils pubiens et corporels. Le tabagisme et un léger surpoids constituent des facteurs de risque supplémentaires.

L’année 2019 a été marquée par une nouvelle poussée de pustules, la position assise et la marche deviennent alors une torture, les pommades et les antibiotiques (tétracycline 3 x 1000 mg) n’aident en rien et une résistance est constatée.

En décembre 2019, les douleurs sont si fortes qu’elles rendent une intervention chirurgicale indispensable.

Le 12/02/2020, l’ensemble de la zone affectée au niveau des faces intérieures des deux cuisses fait l’objet d’une large résection au sein de la clinique de dermatologie. Le suivi par le dermatologue installé consistait en l’application de pommade Betaisodona et de cellulose non stérile en rouleau.

Un service infirmier ambulant est intervenu pour le changement de pansement. L’expert des plaies de ce service infirmier a immédiatement constaté que cette prise en charge était totalement insuffisante car elle ne correspondait pas aux standards établis.

Ce traitement était par ailleurs très pénible pour la patiente car cette dernière, du fait d’un diabète insipide (une maladie liée à une carence hormonale qui se caractérise par une miction extrêmement abondante), devait aller souvent aux toilettes, la cellulose étant alors à chaque fois humidifiée. Elle souffrait par ailleurs de fortes douleurs induites par les plaies.

La patiente n’en pouvait plus lorsqu’elle a rencontré pour la première fois , expert des plaies, le 21/02/2020!

Déroulement du traitement

La Fig. 1 présente la plaie du côté droit, tandis que la Fig. 2 affiche la plaie du côté gauche le 21/02/2020. Après concertation avec le médecin traitant, un pansement Hydroclean cavity 4 x 8 cm et par-dessus un pansement Zetuvit Plus Silicone Border ont été appliqués à partir de ce moment.

Le changement de pansement a eu lieu tous les jours. La patiente était dès le premier jour ravie de cette prise en charge car elle pouvait aller sans problème aux toilettes et tamponner le pansement s’il venait à être un peu humecté par de l’urine [Fig. 3]. Les Figures 4 et 5 du 26/02/2020 présentent la manière dont HydroClean cavity à titre de pansement primaire et Zetuvit Plus Silicone Border à titre de pansement secondaire ont été posés. Le strip de cellulose au milieu était destiné à protéger les parties intimes lors de la prise de clichés photographiques.

Les Figures 6, 7 et 8 du 20/03/2020 présentent les progrès de cicatrisation, tandis que la Figure 9 du 10/04/2020 permet de constater la guérison totale.

 

 

Zetuvit Plus Silicone Border

Zetuvit Plus Silicone Border est un pansement superabsorbant auto-adhésif avec une couche de contact siliconée et un bord adhésif de silicone pour la gestion de l’humidité et de l’exsudat.

 

En savoir plus

HydroClean Cavity

HydroClean est un pansement hydroactif affichant un mécanisme d’aspiration et de rinçage destiné à la détersion et au conditionnement de la plaie. Le pansement HydroClean Cavity à tamponner sert à la prise en charge de plaies profondes.

 

Traitement de plaies – recommandations pratiques

Avez-vous des questions ?

Notre service clients de soins est toujours à votre écoute et vous aide volontiers.

Ceci pourrait également vous intéresser

La procédure HydroTherapy dans le cadre d’un ulcère crural veineux

L’ulcère crural veineux est une plaie chronique de cicatrisation secondaire qui, d’après les normes actuelles, se traite par phase et en milieu humide. La procédure HydroTherapy avec seulement deux préparations – HydroClean® et HydroTac® – assure une détersion approfondie, stimule la formation du tissu de granulation et soutient l’épithélialisation pour une cicatrisation accélérée.

En savoir plus