"C'était à la fois une première et une conclusion." Début de Philipp au triathlon demi-fond en Hollande.

Le 10 septembre, Philipp Bosshard, participe au traditionnel triathlon à mi-distance à Almere près d’Amsterdam. Cela a été plus qu’une première en compétition. Et une expérience inoubliable qui lui a permis de revivre son parcours de patient blessé à un sportif de haut niveau. Et de savoir à la fin: j’ai réussi.

«Je n’aime pas trop les rétrospectives, je préfère aller de l’avant.» Après sa saison réussie, Philipp est déjà plein d’ambition pour 2023. Mais nous aimerions savoir comment s’est passée cette année pour lui. «Il s’est passé tellement de choses et j’en ai tant vécu! C’est incroyable.» L’année de Philipp a été marquée d’une part par les compétitions et d’autre part par les nombreux interviews et entretiens. «Les deux m’ont permis de progresser, en tant qu’athlète et qu’être humain. Et les deux m’ont fait prendre conscience de l’importance de toujours chercher à relever de nouveaux défis.» Comme le fait de participer au Challenge d’Almere Amsterdam. 

«Un sportif parmi 3500 athlètes»

Le voyage a été long du domicile et site d’entraînement Silvaplana à la ligne de départ à Almere Amsterdam.

Plus de 10 heures de train et 1600 mètres de dénivelé du col alpin à la côte néerlandaise. «J’étais très tendu, c’est normal. Le triathlon d’Almere Amsterdam est un événement d’envergure internationale. J’étais un sportif parmi 3500 athlètes. Mais Semira Bontognali, mon coach, m’avait idéalement préparé à cette compétition à mi-distance.» Dès la première discipline (natation), Philipp a pu déployer tout son potentiel: il est ressorti de l’eau après seulement 43 minutes. Un vrai temps fort!  «J’étais tout aussi surpris et ravi que mon coach».

«J’ai pu être offensif et marquer des points.»

Philipp est aussi parvenu à battre ses meilleurs chronos en cyclisme et course à pied. «Pour moi, une super expérience: j’ai pu être offensif et marquer des points.» Et tout à coup, ce flashback inattendu au cours des derniers kilomètres de course à pied: «J’ai soudain vu des images du CHU. J’ai senti la chambre d’hôpital. J’ai entendu les bruits. Mais je me suis simultanément dis: c’est définitivement derrière moi. J’ai eu les larmes aux yeux de bonheur. Et j’ai senti de quoi était à nouveau capable mon corps. Ce triathlon à mi-distance a donc non seulement été une première, mais aussi l’occasion de tourner une page sur mon parcours de patient.» 

«Des discussions très enrichissantes.»

Entretemps, la carrière d’athlète de Philipp s’est aussi répandue dans les cercles du triathlon. Il est invité à de nombreux podcasts et interviews. «Cet échange avec les journalistes est très enrichissant pour moi. C’est l’occasion de discussions qui m’apportent beaucoup. Et je n’en profite pas pour ne mettre en valeur que mes antécédents médicaux, mais aussi ce qui fait de moi un athlète et parler de l’esprit et de la volonté d’aller au-delà de ses propres limites. C’est ici que le terme Move on reçoit une nouvelle dimension.»

Lorsque Philipp se retourne sur 2022, il remarque que bon nombre de choses qu’il n’aurait jamais imaginées sont arrivées: «Les retours poignants, les rencontres passionnantes, l’amélioration des performances et le très large écho pour lequel je suis reconnaissant! J’ai l’impression d’en avoir encore beaucoup à donner.» Et qu’en est-il de l’avenir?  «En 2022, j’ai réussi le triathlon à mi-distance. Qui sait, peut-être qu’en 2023 je pourrais le faire à pleine distance et donc participer à l’Ironman! Cela serait encore un grand pas en avant.»

Newsletter
Tiens-toi à jour

 

Vous voulez connaître les dernières nouveautés ? Alors inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter Woundcare.

Avez-vous des questions ?

Notre service clients de soins est toujours à votre écoute et vous aide volontiers.